G GRAND FORMAT

Faire De Son Talent Son Business : Mode D'Emploi

, GRAND FORMAT

Vous pouvez partir de ce que vous savez et aimez faire pour débuter une affaire et en faire une entreprise rentable.  En effet, La combinaison du talent et des principes de l’entrepreneuriat peut être un bon début pour la réussite dans le monde des affaires.

Vous avez forcement quelque chose: une belle plume, une excellente manière de faire la cuisine, votre personnalité, votre habileté à vous engager avec les autres, votre savoir-faire dans tel ou tel autre domaine; autant des choses qui sont un potentiel qui peut vous aider à démarrer un business à partir de rien. 


Avoir une vision large de l'entrepreneuriat 


Être entrepreneur c’est avant tout avoir des idées, des idées qu’on peut concrétiser en action et en faire des projets tangibles. L'entrepreneuriat est lié à l’action et la prise d’initiative.  

Chaque talent (don), est une opportunité à saisir pour s’améliorer et accroitre ses chances de débuter un business. 

Beaucoup des gens croupissent dans la misère parce qu'ils estiment n'avoir aucun "capital" pour démarrer une affaire pourtant ils peuvent se servir de leur savoir-faire pour paver le chemin vers un succès, et développer une entreprise viable. Nous avons tous une première entreprise, avant d’ en créer une juridiquement ou économiquement.  Il s'agit de nous-même.

Chaque individu peut  se decouvrir un talent, et prendre le risque de se lancer pour débuter un business, le talent dont il est ici question peut ou ne pas être quelque chose de conventionnel : savoir chanter, danser, faire des trucs extraordinaires avec son corps etc; il peut également s'agir de certaines compétences non palpables physiquement : la négociation, la bonne relation avec l’entourage, savoir convaincre etc. Autant d' atouts dont on peut se servir pour  le lancement d’un projet entrepreneuriale. 

 La simple aisance dans la communication et la persuasion peut être un début pour lancer une affaire, et en marketing cela peut-être important. 

Pour ce qui est des  talents tel que savoir chanter, danser, dessiner, écrire, l’habileté physique, l’art esthétique, on a souvent tendance à les minimiser et les négligés dans un pays comme la RDC. 

Pourtant, ils peuvent être des grandes sources de richesse si vous le manipuler avec tact et si vous prenez le risque de vous lancer pour en faire une affaire.  

Entreprendre ne se limite donc pas que dans le domaine commercial, où il faut commencer par un fond matériel et se procurer un produit à vendre pour pouvoir débuter une affaire, vous pouvez également commencer à partir de rien, savoir tenir sa plume par exemple, c’est aussi entreprendre, un individu qui se débrouille très bien dans l’écriture peut débuter une carrière d’écrivain et placer ses connaissances (talent d’écriture) au service des lecteurs. 

L’entrepreneuriat va au-delà des besoins lucratifs.  Beaucoup pensent en effet l’entrepreneuriat comme une activité à part entière, essentiellement basée sur le gain financier. Ainsi, pour ces gens, ne sont entrepreneurs que ceux qui sont actifs dans le monde du business ; ceux qui ont un bureau et des employés ; ou encore ceux qui ont créé quelque chose d’inexistant (innovateurs). Les autres, quelle que soit leur activité, tant qu’ils ne rentrent pas dans ce canevas, ne sont pas entrepreneurs.

Voilà pourquoi quand on parle entrepreneuriat en RDC, beaucoup n'excluent. Or si chacun pouvait appliquer les principes de l'entrepreneuriat à son activité quotidienne, le pays se porterait mieux. 

L’entrepreneuriat est une activité qui commence avant tout par soi-même et même à partir de rien. Le manque d’investissement n’est donc pas un frein au lancement d’un projet, tout le monde peut partir de ce qu’il sait pour produire et multiplier ses moyens financiers. 


Du talent au business: Comment procéder?


#1. Se reconnaître un talent: Déterminer le QUOI?

Tous les entrepreneurs à succès que nous connaissons se sont lancés parce qu’ils étaient certains d’avoir un talent, peut-être pas le genre de talent conventionnel (savoir chanter, danser, faire des trucs extraordinaires avec son corps etc.) comme on en voit aujourd’hui, mais un talent tout de même. Il est donc important que l’aspirant entrepreneur découvre son talent, c’est-à-dire ce pour quoi il est doué, et qu’ensuite il parvienne à le reconnaître, c’est-à-dire pouvoir dire : « Dans ce domaine, je suis excellent. » Peu importe qu’il le soit réellement ou pas, du moment qu’il le dit en y croyant de tout son cœur, c’est tout ce qui compte. Muhammad Ali ne cessait de répéter qu’il était le meilleur, jusqu’à ce qu’il soit sacré le meilleur par les autres. Pourtant, pas sûr qu’il fût réellement le meilleur en son temps ; mais, contrairement aux autres, il avait le courage de le dire et il croyait en ce qu’il disait. Avant de commencer une quelconque entreprise, il faut se poser cette question : pourquoi suis-je la personne qu’il faut pour faire ce que je veux faire ? Si votre réponse n’est pas : « parce qu’il n’y a que moi qui puisse le faire aussi bien », alors vous n’irez pas très loin.

Au-delà d' identifié  un talent dont on serait titulaire, si on veut en faire un business, il faut  arriver à se convaincre qu'on a aussi quelque chose à offrir au monde. 


#2. Déterminer son angle d'attaque 


On ne peut pas toujours commencer un business sur base d’un talent (don) à l'état brut. Certes, on peut avoir le talent, mais encore faut il déterminer sous quel forme on veut l'exploiter pour en faire un business. 

Vous écrivez bien, vous avez une belle plume, vous pouvez soit écrire des livres(Romans, essaies, poesie, etc) et les commercialiser, ou mettre vos talents d'écriture au service de la musique et devenir parolier, vous pouvez proposer des articles à des agences de presse, etc.  

Vous dessinez bien ou vous faite de la peinture, ou encore vous avez un excellent gout esthétique vous pouvez faire de votre talent artistique un business en commercialisant directement vos oeuvres (tableaux, Bandes dessinées, etc), ou encore être consultant en création, etc. 

Vous cuisinez  bien, au delà de la possibilité d'ouvrir un resteaurant, vous pouvez commercialiser vos recettes, organiser des événements gastronomiques. 

Vous constatez que pour tel ou tel autre talent vous avez la possibilité de le transformer en  autant de business.  Il faut juste s'asseoir et réfléchir sur le bon angle d'attaque.  


#3. Faire valider son idée, son concept 


Un entrepreneur avisé doit, avant de se lancer dans le  développement de son "produit" ou service (fut ce t-il un talent)  faire valider  son idée ou son concept.

Il faut s’assurer que son concept sera appréciée des potentiels consommateurs.

 Personne n’achète un produit qui ne lui apporte rien. Voilà pourquoi il est important de tester son offre et voir s’il y a des retours positifs. Pour ce faire, utilisez vos réseaux : famille, amis, collègues de service, réseaux sociaux, etc. 

#4. Renforcer ses capacités 


Lorsqu'on veut exploiter son talent pour en faire une source de revenu, un business, on ne peut se permettre de le faire comme si c'était un simple loisir. 

Chanter, écrire, dessiner, ou encore photographier par plaisir et différent de le faire en vue de commercialisation. 

Lorsqu'on veut exploiter son talent sous forme d'un business, il faut : 

Renforcer ses compétences techniques (par rapport au talent en question) et 

Renforcer ses compétences en tant qu'entrepreneur (marketing, stratégie, Finances, etc).

C'est où beaucoup des jeunes congolais n'arrivent pas à faire la différence. Beaucoup des talents sont gâchés parce qu'on ne se donne pas la peine de les fructifier, de  les renforcer, les rentabiliser économiquement.

Vous pouvez avoir un talent, mais il faut aussi avoir des techniques et des méthodes avant de lancer votre projet. Il faut savoir comment, quand et où vous lancer, faire une étude du marché avant d’ouvrir son affaire, analyser les opportunités liées à l’emplacement, la catégorie de la clientèle, le prix des services, les menaces liées à la concurrence, tenir aussi et surtout compte des besoins des cibles potentielles peuvent permettre de minimiser les risques de l’échec d’un business.


#5. Prendre le courage de se lancer


Le  talent, tout le monde en a mais le courage est un potentiel que seul les vrais entrepreneurs, ceux qui prospèrent,  possèdent.

La peur de ne pas réussir, le regard de la société, les idées reçues, peuvent freiner la transformation d'un talent en business.  Il faut donc savoir saisir les opportunités` et les utiliser au bon moment.


#6. Considérer son talent comme un travail et non pas comme un passetemps


Si vous accorder de la valeur à ce que vous faites, les autres feront de même et cela vous permettra de bien faire les choses et de gagner davantage des ressources.


En RDC, les jeunes négligent leur savoir-faire sous motif qu’ils ne peuvent pas évoluer sous notre ciel, il serait grand temps que chacun se lève et décide de se prendre en main de faire de son don une assurance pour l’avenir. 

La jeunesse évolue avec l’idée selon laquelle le bon travail est celui ou on se trouve dans un bureau, devant une machine sous les ordre d’un homme qu’on appelle « chef ». Les jeunes ont grandi avec cette conception du travail qui bien entendu n’est pas mal, mais malheureusement camoufle leur talent à la poursuite d’un « j’ai l’honneur », qui ne garantit toujours pas une suite positive. Il serait préférable que les jeunes grandissent avec une toute autre perception du travail, ils doivent concevoir non seulement le fait de pouvoir être recruté par une entreprise mais aussi réaliser qu’ils sont eux aussi capable d’en créer une, et de devenir leur propre chef. Qu’ils réfléchissent dès le bas âge à ce qu’ils peuvent faire et qu’ils découvrent petit à petit leur domaine de préférence dans lequel ils peuvent assoir leurs projets.

 Comme le dit ERICA JONG : « Tout le monde a du talent, ce qui est rare c’est d’avoir le courage de développer ce talent »




Commentaires

Laisser un commentaire

Se connécter pour commenter

Commentaires Récent

"Bonjour Je suis Clarisse Koua"

comment
santa 6 jours, 4 heures,

"I like it"

comment
Corneille 1 mois, 1 semaine,

"Bien dit!"

comment
Lionel 6 mois,

"comment integre le groupe de t"

comment
kalombo 6 mois, 3 semaines,

Petites Annonces

Search